Lutte contre la pollution maritime : la solution des branchements à quai

L’étude de l’ONG Transport & Environnement a démontré l’ampleur de la pollution engendrée par le trafic maritime et notamment les paquebots de croisière, présents en masse sur la Côte d’Azur.

Au-delà de la question réglementaire par rapport à l’utilisation de fioul lourd ultra-polluant sur les côtes méditerranéennes et de l’offre en carburants alternatifs (GNL), des solutions existent pour limiter l’impact environnemental des bateaux de croisière et des lignes régulières lorsqu’ils stationnent dans nos ports.

Il faut savoir que la majorité des émissions du transport maritime est émise lors du stationnement à quai et dans la zone de vitesse réduite. Les moteurs des bateaux continuent de tourner pour assurer l’alimentation électrique et émettent des quantités astronomiques d’oxydes de soufre et d’azote, de particules fines et de CO². Sur le littoral azuréen, cela représente 5 à 10% de la pollution urbaine en haute saison.

La connexion électrique des bateaux est la solution la plus performante. Il s’agit de branchement haute tension des navires durant leurs escales commerciales. Les économies réalisées sont évaluées entre 2 et 4 tonnes par jour pour un ferry (soit l’équivalent de 3000 véhicules/jour pour la diffusion de particules fines et de CO² et de 65.000 véhicules/jour pour les dioxydes d’azote Nox), en plus de la réduction des nuisances sonores.

Il est urgent d’expérimenter puis de généraliser cette solution dans les ports de Nice et de Cannes. A Marseille une expérimentation est déjà en cours avec la compagnie de ferries, la Méridionale.

L’investissement à prévoir serait d’environ 1,5 million d’euros par port. Rien d’insurmontable avec des financements croisés de l’État, des collectivités, de l’ADEME et de l’Union européenne (FEDER). Pour inciter les compagnies, il conviendra de mettre en place un système de bonus/malus écologique très volontariste par des réductions et des augmentations ciblées des droits de port.

Xavier GARCIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.