Une Vélorution pour les Alpes-Maritimes

Au mois de septembre dernier, avec mon compère écologiste Laurent Lanquar, nous avons présenté une série de propositions destinée à faciliter l’usage du vélo dans le département où il ne représente que 2% des déplacements alors que les pics de pollution à l’ozone se multiplient et que l’essentiel des déplacements en voiture ne dépassent pas les 5 km. Grâce à une politique volontariste, la Métropole de Bordeaux affiche 7,7% de déplacements effectués vélo. Au Pays-Bas, c’est 17% ! Si la topographie maralpine n’est pas celle d’Amsterdam, notre climat se prête merveilleusement à la pratique cycliste et nous avons les moyens de faire beaucoup mieux avec la mise en place de mesures simples et peu onéreuses.

Nous proposons notamment : un appel aux financements européens pour compléter l’Euroroute cycliste entre Cannes et Vintimille ; la création de vraies pistes cyclable séparées et en double sens sur les axes structurants ; des parkings sécurisés aux abords des gares ; la gratuité des parkings publics pour les vélos électriques ; la création d’un système de vélo-partage sur les agglomérations cannoise et antiboise ; l’extension vélos bleus à La Trinité et Sant-André ainsi qu’à la Madeleine et l’amélioration de la gestion des flux entre les stations ; l’installation de porte-vélos sur les bus desservant les zones collinaires ou encore la création des dimanches sans voiture sur certains axes emblématiques du département.

Ce plan a été envoyé à toutes les collectivités compétentes pour une prise de conscience collective au-delà des clivages.

Les propositions détaillées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.